Inoffensif une fois adulte, l’aoûtat est un petit acarien qui, au stade larvaire, pique les animaux vertébrés pour se nourrir. Si ces piqûres sont indolores, elles provoquent des démangeaisons parfois très vives. Evitez de vous gratter ! Le cas échéant, passez chez votre pharmacien. Il pourra vous conseiller une crème adaptée contre les démangeaisons.

L’été touche lentement à sa fin… C’est la période à laquelle les aoûtats sévissent dans les pelouses et les jardins (ombragés), les vergers et les zones humides. Totalement inoffensives au stade adulte, ces petites bestioles qui appartiennent à la famille des acariens, ont, en revanche, un appétit vorace durant leur phase larvaire.

De couleur rouge, la larve de l’aoûtat vit à la surface du sol. Pour se nourrir, elle doit se trouver une victime : oiseau, rongeur, chien, chat… ou homme. Au moment de piquer sa proie, elle injecte un suc digestif qui va lui permettre de dissoudre, puis d’aspirer son repas. C’est cette salive qui provoque les démangeaisons. Se laver au savon suffit pour éliminer l’agresseur.

Les piqûres d’aoûtat sont indolores, mais elles entrainent, après quelques heures, l’apparition de boutons légèrement boursouflés, souvent entourés d’une rougeur, qui ressemblent fort aux piqûres de puces. Les démangeaisons se manifestent généralement au bout d’une journée et peuvent durer une semaine entière. Si elles persistent plus longtemps, mieux vaut consulter un médecin. De même, si, après avoir été piqué(e), vous constatez l’apparition de symptômes allergiques (troubles de la respiration, œdème, urticaire), consultez immédiatement un médecin.

Lorsque les démangeaisons sont intenses, on a vite tendance à se gratter. Evitez ! Les boutons risqueraient de s’infecter. Au besoin, n’hésitez pas à passer chez votre pharmacien. Il pourra vous conseiller une crème apaisante, voire un antihistaminique par voie orale pour calmer les démangeaisons.

 

Actualités

Toutes nos actualités santé
  • Activités de plein air? Méfiez-vous des tiques!
  • Comment utiliser un masque buccal en tissu?
  • La grossesse et l’allaitement au temps du coronavirus
  • En ligne pour acheter des masques de protection ? Méfiez-vous des fausses boutiques
  • Vous prenez des médicaments et vous devez être hospitalisé(e)? Prenez votre schéma de médication avec vous!
  • Partagez les bons réflexes, pas le virus
  • Vous portez un masque de protection? Veillez à bien l’utiliser!
  • De la fièvre? Préférez le paracétamol
  • Aidez à empêcher la propagation du coronavirus
  • Comment éviter d'être contaminé par le coronavirus?
  • Pour un autre regard sur la schizophrénie
  • Comment se protéger contre le coronavirus?
  • Porter un masque pour se protéger du coronavirus?
  • Vous connaissez quelqu'un qui souffre d'une maladie rare?
  • Vous prenez des médicaments pour dormir? Nous avons besoin de vous!
  • Votre prescription est-elle valable ?
  • En février, on fait santé… à l’eau!
  • Vos prescriptions ont désormais une date de péremption
  • Meilleurs vœux ! Frohe Festtage !
  • Vous êtes enceinte ou avez envie de l'être? Vous allaitez? Dites-le à votre pharmacien!
  • Plus de 50% des cas de diabète de type 2 sont évitables
  • Participez à l’eHealthMonitor 2019
  • Vos prescriptions changent… et leur durée de validité aussi!
  • Les pansements actifs mieux remboursés depuis le 1er octobre
  • Grippe saisonnière : le vaccin, pensez-y maintenant !
  • Besoin d’un médecin de garde? Appelez le 1733!
  • Une première "Journée mondiale de la sécurité des patients"
  • Paracétamol: ne pas dépasser la dose
  • Gardes en pharmacie: qu’est-ce qui change?
  • Ça démange? C’est peut-être une piqûre d’aoûtat…
  • Le cannabidiol, qu’est-ce que c’est?
  • Pourquoi une Semaine mondiale de l’allaitement?
  • Médicament indisponible ? Votre pharmacien se coupe en quatre pour assurer la continuité de vos soins
  • Et si vos médicaments étaient "photosensibilisants"?
  • Ozone et fortes chaleurs: soyons solidaires
  • Les bons gestes en cas de canicule
  • Ce samedi 8 juin, c'est la Journée mondiale de l’Océan
  • Les troubles du rythme cardiaque frappent près de 300.000 Belges
  • Trois petits tours dans la maison et au jardin