Même à faible niveau, la pollution atmosphérique a des effets néfastes sur notre santé. Leur gravité dépendra de la concentration et de la composition des polluants, de la durée d’exposition, ainsi que de la sensibilité et des activités des personnes exposées.

A long terme, une exposition prolongée à la pollution de l’air peut être à l’origine de l’apparition ou de l’aggravation de maladies respiratoires (par exemple l’asthme, la bronchite chronique) et d’une diminution de la fonction pulmonaire chez les enfants et les adultes. Elle peut augmenter le risque de contracter des maladies cardiovasculaires. Elle peut aboutir à une diminution de l’espérance de vie, surtout chez les personnes fragilisées parce qu’elles ont déjà une maladie respiratoire ou cardiaque.

A court terme, en particulier en cas de pic de pollution les effets suivants peuvent être observés:
  • irritations du nez, de la gorge et des yeux;
  • diminution de la capacité respiratoire, respiration difficile, sifflante, toux;
  • apparition ou aggravation de problèmes pulmonaires (asthme, bronchite, BPCO) et cardiovasculaires (maladies cardiaques, hypertension) préexistants, ce qui peut nécessiter l’adaptation du traitement et même une hospitalisation en urgence.
 
Les effets des particules sur la santé sont essentiellement liés à une exposition prolongée (long terme). Néanmoins les effets à court terme sont souvent plus visibles en cas de pic de pollution car ils atteignent davantage de personnes sur un court laps de temps.
 
Qui est concerné par les pics de pollution? Que faire pour se protéger pendant les pics? Et comment contribuer à réduire la pollution en cas de pic? Vous trouverez la réponse à ces questions dans la brochure de la Région wallonne : "Pics de pollution: Quels dangers pour ma santé? Que faire pour me protéger?"
 
Voir aussi: les "conseils en cas de pics de pollution" de Bruxelles Environnement.