Vous surfez régulièrement sur Internet pour y faire des achats et vous souhaitez aussi y faire vos achats de médicaments et produits de santé, ...

Quoi de plus normal aujourd’hui que de faire ses achats sur la toile...Cependant sachez que rien ne remplace un conseil personnalisé de votre pharmacien et avant de vous lancer dans ce type d’ achats, il y a lieu de bien réfléchir pour éviter les mauvaises surprises mais également de mettre en danger votre santé et celle de vos proches. En effet, on estime que plus de la moitié des médicaments achetés sur Internet sont des médicaments contrefaits.

Rappelons qu’en Belgique, il existe une règlementation claire à ce sujet : seules les pharmacies ouvertes au public qui disposent d’un site notifié à l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé peuvent vendre des médicaments sur Internet. Et ces médicaments ne peuvent en aucun cas être soumis à prescription médicale.

La contrefaçon est un business juteux pour les organisations criminelles qui ne concerne pas que les marques de luxe du secteur de la mode. Elle concerne aussi de plus en plus les médicaments sensés vous soigner. Internet est sans conteste son terrain de jeu de prédilection! En avril 2011, une grande opération de contrôle des douanes visant des ports d’Amérique latine a permis de saisir 176 000 médicaments contrefaits* destinés à être envoyés dans le monde entier. Plus proche de nous, les douanes belges ont intercepté en 2011 le nombre record de 16 913 médicaments contrefaits !

Jusqu’à présent, le type de médicaments le plus souvent concerné par la contrefaçon sont ceux dont on n’ose pas toujours parler au comptoir d’une pharmacie, à savoir les médicaments pour perdre du poids, les pilules érectiles ou qui favorisent le désir sexuel. Mais la contrefaçon organisée se diversifie et cible de plus en plus des médicaments destinés au traitement de maladies graves ou chroniques telles que le cancer, le diabète, la schizophréine ou le paludisme. 

Ne croyez pas qu’il s’agit de simples copies susceptibles d’avoir des effets similaires à ceux des médicaments originaux. On retrouve dans ces produits illégaux des dosages bien inférieurs à ceux des originaux ou des substances illicites et dangereuses pour la santé qui n’ont rien à voir avec ce qui est annoncé sur la boite du produit. Dans certains cas, on n’y retrouve même rien si ce n’est du sucre que l’on vous vend bien cher sous le nom d’un médicament connu. Tout cela passant par Internet, étant vendu sur des sites douteux et non identifiables, et n’ayant pas suivi le parcours d’approbation des médicaments achetés en pharmacie, vous n’avez aucun recours en cas de problème.

Que ce soit par facilité ou parce que vous voulez éviter une discussion embarrassante dans une pharmacie, soyez prudents, posez-vous les bonnes questions et vérifiez toujours la source de l’offre que l’on vous fait sur Internet. En cas de doute, abstenez-vous et dites-vous que votre pharmacien est une personne de confiance : vous pouvez toujours avoir avec lui une conversation privée… il suffit de lui demander ! Sans compter que votre pharmacien pourra aussi vous donner des conseils personnalisés et vous mettre en garde contre d’éventuelles interactions avec vos médicaments habituels. Pour en savoir plus, consultez l’article « médicaments et internet »

Vous pouvez également télécharger ici la brochure d’information de l’AFMPS.*

 

Sources :

 

* «Cette information est utilisée avec la permission de l’agence fédérale des médicaments et des produits de santé (afmps) et est disponible sur le site de l’agence via www.afmps.be. L'agence ne peut en aucun cas être tenue responsable de la façon dont l'information est reproduite et présentée par l'APB, ni de l'actualité de celle-ci. Pour plus d’informations, consultez le site web de l’afmps via www.afmps.be »