La Semaine Mondiale de l’allaitement qui s’est déroulée au début du mois d’octobre est l’occasion de revenir sur quelques conseils de prudence à suivre si vous devez prendre un médicament lorsque vous allaitez. En particulier celui-ci: ne prenez rien de votre propre initiative, consultez toujours un professionnel de santé compétent.

L’allaitement est souvent considéré comme une période délicate en ce qui concerne la prise de médicaments. Parfois à tort, car il n’est pas forcément nécessaire d’arrêter de donner le sein si vous devez prendre des médicaments. Les bienfaits très importants de l’allaitement pour le bien-être, la santé et le développement de votre bébé, mais aussi pour vous, doivent aussi être pris en compte. Le mieux est de vous renseigner auprès d’un professionnel de santé spécialisé en la matière : votre pédiatre, votre médecin généraliste, votre sage-femme, votre consultante en lactation ou votre pharmacien, qui pourra vous conseiller en fonction de votre situation particulière.

Le saviez-vous ?

La grande majorité des médicaments passent dans le lait maternel. Mais il s’agit souvent de quantités minimes. S’il faut bien sûr être prudente et éviter de prendre des médicaments qui ne sont pas indispensables pour votre santé (antidouleur ou somnifère, par exemple), sachez qu’il est souvent possible d’adapter un traitement pour permettre l’allaitement ou ne pas l’interrompre. Dans certains cas, votre médecin pourrait même vous proposer de suspendre votre traitement ou de le différer pour vous permettre d’allaiter en toute sécurité. Et de tirer parti des nombreux bénéfices de l’allaitement pour vous et votre bébé.

Quelques conseils de prudence si vous allaitez :

  • évitez l’automédication, consultez toujours votre médecin ou votre pharmacien avant de prendre un médicament et lisez attentivement sa notice ;
  • lorsque la prise d’un médicament est indispensable pour votre santé et que celui-ci n’est pas incompatible avec l’allaitement, prenez-le immédiatement après avoir donné le sein ;
  • si le médicament que vous devez prendre risque d’avoir un effet sur votre bébé, votre médecin ou votre pharmacien évaluera les alternatives possibles. Il vous sera parfois conseillé d’interrompre (temporairement ou définitivement) l’allaitement ;
  • en cas d’interruption temporaire de l’allaitement, il est important d’entretenir la lactation manuellement ou au moyen d'un tire-lait ;
  • certains médicaments peuvent aussi avoir une influence sur la production de lait. Les médicaments anti-inflammatoires, par exemple, ont tendance à la réduire. D’autres peuvent l’augmenter.

Allaitement, naturellement

L'allaitement est le moyen idéal d’apporter aux nourrissons tous les nutriments dont ils ont besoin pour grandir et se développer en bonne santé. C’est pourquoi l’Organisation Mondiale de la Santé recommande l’allaitement exclusif pendant 6 mois, complété par une autre alimentation jusqu’à 2 ans au moins. Pratiquement toutes les mères peuvent allaiter, si elles bénéficient d’informations précises ainsi que du soutien de leur famille et des professionnels de santé. Plus d’infos.

A consulter : Mythes et vérités sur l’allaitement